Jean-Luc Marini, nouveau directeur du Lab d’IA de Axys Consultants : portrait d’un maker

Le cabinet de conseil Axys Consultants vient d’annoncer la nomination de Jean-Luc Marini au poste de directeur du Lab d’IA. Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication qui aime créer, inventer et innover, l’homme se décrit comme un « esprit libre » qui apprécie autant apprendre que partager ses connaissances. Rencontre avec celui qui « ne se sent à l’aise que dans les cellules d’innovation ».

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

Je suis Ph.D en sciences de l’information et de la Communication, titulaire d’une maîtrise de Mathématiques Appliquées, diplômé de l’IAE de Lyon en informatique de gestion – où j’ai également été professeur associé, responsable d’un Master en Management des  Systèmes d’Information pendant plusieurs années, j’ai également été membre de l’équipe de recherche MAGELLAN.

Quand j’étais enfant je rêvais de devenir « patron inventeur ». J’étais autant attiré par le « management » que par la création, j’aimais les cours de « techno » où l’on pouvait « bricoler », on jouait avec des matériaux, des outils… on faisait des expériences, on avait « les mains dans le cambouis ».

Comme j’étais bon en maths, j’ai suivi cette voie royale et j’ai enchaîné les études en mathématiques puis en informatique. Quand j’ai commencé à travailler dans le privé, mes ex-professeurs m’ont également demandé de venir à enseigner à l’Université. J’y suis resté 25 ans et j’ai gravi tous les « échelons » de « vacataire, maître de conférences associé à responsable pédagogique d’un master et professeur associé » … Enseigner est une expérience très enrichissante : on se nourrit du regard que les étudiants portent sur notre travail, de leurs réflexions…

Ce regard extérieur a été précieux tout au long de mon parcours professionnel. Et ce, dès le début, quand j’ai co-fondé SERVIDOC et travaillé avec les équipes d’André Truong. Nous développions des solutions de gestion électronique de documents et c’était passionnant car il n’y avait pas encore de standard, tout était à imaginer…on a même participé aux 1ères assises de la GED.

Puis j’ai dirigé, fondé ou co-fondé plusieurs structures car ce qui m’a toujours intéressé c’est de créer. Quand la solution fonctionnait, je ne me voyais pas passer 20 ans en vivant sur mes acquis. Ça peut paraître un peu fou mais l’exploration, la création sont mon moteur. Je ne me sens à l’aise que dans les cellules d’innovation.

lire la suite sur Actu ia
Veuillez remplir tous les champs obligatoires.
L'email est invalide.
Les fichiers joints doivent être en doc, pdf ou docx.